Cinq « stades » d’une défence contre un agression

Ce qui suit peut-être vu comme étant un aide-mémoire pour le concept de ‘force proportionnelle’ que l’on entend souvent, particulièrement pour les policiers. Je n’ai pas l’intention d’entrer dans les détails légaux de l’auto défense, mais moralement parlant, si on peut se défendre, ou encore mieux prévenir, une agression en causant le moins possible de dommage à l’autre personne.

Même si j’utiliserai un scénario spécifique pour mieux imager la situation, il ne s’agit pas d’une marche à suivre étape par étape. Plutôt des réponses à des niveaux d’agressions différentes. Il est très possible que lors d’une altercation, le niveau d’agression change, à la hausse ou à la baisse

Désamorcer

Quand une confrontation nous est imposée, il est toujours mieux d’essayer de faire en sorte que la situation ne s’envenime pas. Un grand maître de karaté a dit un jour à son élève: “Toujours mal de se battre, quelqu’un finit toujours par se faire mal.” Que de sagesse ce M. Miyagi!

Plus sérieusement, s’il est possible de prévenir une situation d’agression, tout le monde est gagnant. Que ce soit parce que vous avez décidé de changer de côté de la rue pour éviter un groupe louche, ou en raisonnant avec une personne qui vous accoste.

Scénario: Dans un couloir étroit avec quelques boîtes de carton et des poubelles ici et vous la croisez un individu et vos épaules entrent en collision lors de votre passage. Offusqué, il se retourne et agressivement vous insulte. Calmement, vous maintenez vos distances et vous vous excusez de l’avoir interrompu dans son chemin. Maintenez vos mains devant vous, ouvertes et détendues, au cas où.

Défendre

Si les paroles ne fonctionnent pas et que l’agression devient inévitable, bien sûr il faut se défendre. Dégagements sur des saisies, technique de blocage pour parer les coups, interposer un objet (table, chaise, poteau) entre vous et l’agresseur sont toutes des méthodes de défense valables.

Scénario: L’individu s’impose davantage. Il s’approche et vous montre du doigt de façon menaçante. Il approche davantage et tente de vous pousser. Pivotez pour esquiver la pousser, déflectez-la avec votre main ouverte et interposée une poubelle entre vous et l’individu.

Déstabiliser

Le principe à retenir ici est de maintenir l’état de déséquilibre chez l’agresseur si les agressions persistent. De cette façon, ses coups seront plus difficiles à exécuter et moins efficaces si ils le sont et qu’ils vous atteignent.

Un déséquilibre peut être fait de plusieurs façons. Entre autres, continuer le mouvement de l’attaque plus loin que l’agresseur l’avait planifié est une méthode classique de déséquilibrer. Il est aussi possible d’intercepter son mouvement à son point d’origine, avant que celui-ci ne développe assez de puissance.

Scénario: L’individu enlève violemment la poubelle de son chemin, tente de vous agripper à nouveau. Vous coincez sa main contre votre torse avec une main et en pivotant, pousser à son épaule opposée, ce qui le fait tomber au sol.

Défaire

Ici l’idée est de mettre l’agresseur dans une position qu’il ne peut plus attaquer. Le plaquer contre un objet, lui contrôler les bras, le projeter au sol. Essentiellement, faites tout pour vous retrouver dans une position où vous êtes dans son dos, ou une où vous pouvez utiliser votre poids contre lui.

Scénario: L’individu se relève et attaque à nouveau. Cette fois-ci avec un crochet du droit vers votre tête. Vous interceptez sa frappe et le passer par-dessus votre hanche. Vous le plaquez au sol avec votre genou et maintenez le contrôle de son bras.

Détruire

Ici, on parle de situation ou même lorsque l’agresseur est en position de désavantage marqué, qu’il tente toujours de trouver moyen de frapper ou blesser de façon active. On cherche alors à le mettre KO, ou lui causer une luxation d’une articulation pour le convaincre qu’il est temps d’arrêter. L’idée de destruction est autant au niveau physique (rendre une partie de son corps non fonctionnel) que psychologique (détruire son intention de vous faire du mal).

Tel que mentionné en début de texte, il est possible que les niveaux d’agressions changent extrêmement rapidement et peuvent même “sauter des étapes”. Si l’individu dans le scénario ci-haut avait spontanément frappé, il est clair qu’il aurait été impossible d’essayer de désamorcer la situation. Il est aussi possible qu’une fois mis en déséquilibre, qu’il quitte tout simplement, en recherche d’une proie plus facile.

Il n’est pas facile de maintenir un esprit calme et contrôlé dans une situation de stress. C’est pourquoi il est aussi important de cultiver l’esprit et la pensée dans les arts martiaux et non de se concentrer seulement sur les techniques. “L’esprit avant la technique” comme disait Sensei Funakoshi.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *